Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Laure Brienza webwriter premium733 vues

Choisis bien ton trésor, là aussi sera ton cœur Créé le: 24.09.2019, édité le: 24.11.2019

Il y était arrivé. Ou du moins, il y était presque. Ses orteils, tendus en avant, faisaient vaciller le tabouret sur lequel il avait mis tous ses espoirs. Maintenant, sa main, plongée dans le dernier étage de l’armoire de famille, farfouillait délicatement parmi les draps pour que personne ne puisse s’apercevoir de l’intrusion. Ça y est, il pouvait alors sentir de son majeur les bosses alléchantes qui émergeaient du sac en tissu gonflé que son Nonno, bec à bonbons, avait pris soin de cacher tout en lui faisant maintes fois l’honneur de partager ce moment de douceur privilégié.

Ce grand-père, il l’admirait. C’était un homme grand, ou un grand homme comme disaient les grands, dont on pouvait être fier de tenir la main. Respecté mais pas craint, peu loquace mais écouté, il avait jeté son dévolu sur le seul petit fils qui lui avait été donné. Il semblait alors investi d’une mission de transmission de toutes les valeurs, de tous les principes que le fil des années et le travail de la vigne lui avaient enseigné. Un regard complice en fin de repas initiait toujours ces rendez-vous. Eux deux s’essuyaient alors la bouche, comme pour mieux profiter des saveurs à venir, saluaient brièvement la tablée et montaient l’escalier côte à côte sans piper mot. Arrivés à la hauteur de la chambre, Nonno allait seul ouvrir l’armoire du fond et piochait dans le dernier étage, sans difficulté, le fameux sac en tissu à carreaux verts et blancs. Il le déposait sur le lit, tirait sur le cordon pour libérer les friandises multicolores et lui faisait mine d’entrer. Assis sur le bord du lit, le sac à leurs flancs, ils se racontaient les jours passés sans l’autre, tout en contemplant la campagne bordant la maison. C’était leur moment à eux, à eux deux. Alors, la variété fruitée des confiseries se mêlait aux souvenirs heureux d’un gamin de ferme, aux principes de famille qui font de toi un homme, et leur donnait une saveur inimitable ;
Page 1 sur 10 0 commentaire 1 2 3 ... 8 9 10
r