Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Frank Desco webwriter premium667 vues

Retour de Chine Créé le: 16.07.2019, édité le: 27.10.2019

Le capitaine Jeanrenaud faisait voiles sur son brick-goélette “la Noiraigue” pour un ultime retour de Chine à la fin de l’été 1879. En plus du fret habituel dans les trajets au long cours vers l’Europe (riz, épices, thés, opium, porcelaines, soies et tissus variés),  sa cargaison comprenait toutes sortes d’objets d’art dont l’exotisme était fort apprécié des amateurs occidentaux.

A soixante ans passés le commandant, qui naviguait depuis l’adolescence, se tenait encore bien droit à la manoeuvre mais la fatigue accumulée lui donnait l’apparence d’un vieil homme au teint rougeaud, le visage finement ridé jusqu’aux oreilles, les yeux bleu délavé au regard un peu désabusé. Le bateau aussi n’était plus de première jeunesse, toutefois il sortait d’une révision en cale sèche qui avait permis le remplacement du mât de misaine,  un nouveau calfatage et des modifications du gréement qui lui conféraient un air  fringant aux allures porteuses.

Entre Colombo et Aden, l’océan indien devint très agité et des vents violents rendirent la navigation difficile. Une tempête s’annonçait et une réduction de la voilure fut réalisée non sans risques pour les gabiers . Des bruits inquiétants émanaient de la cale du bateau qui semblait souffrir dans sa structure. 
Le capitaine était à la barre. Le second apparut sur le pont, c’était un marin d’expérience qui naviguait depuis des années sur la Noiraigue. 

-  Commandant, le mât de misaine a été  mal calé à sa mise en place et les haubans peinent à le retenir.

- Et voilà, maugréa le capitaine, de nos jours on ne peut plus faire confiance aux chantiers navals.
Page 1 sur 12 0 commentaire 1 2 3 ... 10 11 12
r