Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

Professeur Tournedisque

Il ne sait plus comment il s'appelle. Ne reconnaît plus ni son épouse ni les siens. Il a dû être...

Ballade pour une balade

Quand le désir érotique se fait poésie…

L’arbre dans le miroir

Edgar revient dans la maison familiale, son grand-père vient de mourir. Il ne se doute pas du voyag...

Histoires récentes

Le contraire de l’amour

Nouvelle poétique, journal ire et elle. En partance vers un passé qui promet.

l’existence de ce qui n’existe pas

Comment mettre le monde en boîte (de Schrödinger)

alphabet A/B

J'ai repris et complété ma "promenade alphabétique", mais plutôt que de vous la servir à la lou...

Actualités Webstory

Ateliers d’écriture dès février 2019

9 février / 9 mars / 13 avril / 11 mai / 15 juin de 10h - 17h30 à Genève, 650.- les 5 journées

10.12.2018: Témoignage de Hervé Mosquit - 1e Prix du concours 2018

Tricoptus, ce sont des tricoptères. Adalbert est un monsieur qui a un accident sur l’autoroute. D...

Atelier d’écriture Sabine Dormond

QUAND: 13 et 14 octobre 2018.
OU: rue de l’Ancien-Stand 19, à Montreux, dans une maison du 19...

Histoire du jour

l

38. Le rêve de Violetta: Lumière vivante par Anne-Marie Gabella

Lorsque Jeanne avait dix-neuf ans, elle fit un rêve qu’elle n’oubliera jamais.« J’ai fait le plus beau rêve de ma vie, déclara-t-elle avec extase à sa mère. J’aurais tant voulu ne pas me réveiller. J’’étais sur une route, je marchais et tout-à-coup quelqu’un m’a tiré dessus. J’ai reçu une balle de pistolet entre les deux yeux, juste au-dessus du nez et cela m’a fait exploser le crâne. La douleur était intolérable et je suis morte. J’ai alors traversé un long tunnel où je distinguais des personnes aimées décédées qui m’invitaient à les rejoindre. Tout-à-coup, j’ai débouché dans une lumière d’amour qui m’a enveloppée d’une chaleur que je ne pourrai jamais décrire.» Si elle en avait eu le choix, Jeanne serait peut-être restée dans cette lumière qu’elle ne perdra jamais et elle aurait gardé pour elle ce moment d’éternité. «Tu as rêvé que tu étais morte et c’est le plus beau des rêves que tu aies jamais faits ?» avait demandé sa mère incrédule et vaguement inquiète.Non seulement c’est le plus beau rêve que Jeanne ait jamais fait mais il lui a donné une énergie qui ne la quittera jamais et la guidera dans la recherche de son être profond tout au long de sa vie. Dans une lettre au moine Wibert de Gembloux, une grande visionnaire du XIIe siècle, Hildegard de Bingen, écrit : «Depuis mon enfance, je vois constamment une lumière dans mon âme mais non avec les yeux extérieurs ni avec les pensées de mon cœur : les cinq sens extérieurs n’ont pas davantage part à cette vision…La lumière que je perçois n’est pas de nature locale mais elle est beaucoup plus éclatante que le nuage qui porte le soleil……Ce que je vois ou apprends dans une telle vision demeure longtemps dans ma mémoire …je ne puis reconnaître aucune forme à cette lumière qui se nomme pour moi lumière vivante…pendant que je jouis de la vue de cette lumière toute tristesse et tout chagrin disparaissent de ma mémoire» Chaque rêve allume dans l’âme une étincelle de lumière vivante.
Page 1 sur 2
r