Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

La fin justifie les moyens

Ce jour-là, sa promenade au marché avait bien commencé puisqu’il avait réussi à obtenir sa do...

Obama

Ecrire sur Obama, à tous les temps, qu’est-ce que ça pourrait donner ? Simple prétexte pour pa...

Laisser vivre...

enfin du moins sombre...il était temps ?

Histoires récentes

FRESQUE DE LOUIS BOUQUET

Pour l’édition 2018 de la Fête des Lumières à Lyon, La Poste a offert une visite inédite et i...

Le Pas

Se jeter du pont. Se jeter dans le gouffre. Se jeter dehors pour dévier le destin.

Le sordide meurtre des poulettes

Un ours blanc, un tigre, un zèbre, un chameau, une gazelle, une éléphante, un chat dans un cirque...

Actualités Webstory

10.12.2018: Témoignage de Hervé Mosquit - 1e Prix du concours 2018

Tricoptus, ce sont des tricoptères. Adalbert est un monsieur qui a un accident sur l’autoroute. D...

Atelier d’écriture Sabine Dormond

QUAND: 13 et 14 octobre 2018.
OU: rue de l’Ancien-Stand 19, à Montreux, dans une maison du 19...

De Webstory à Worldstory, Livre II

Huitième escale: SINGAPOUR, Novembre 2017
Ce que je lis : Hêtre ou pas hêtre
Sommes-nous v...

Histoire du jour

l

24 décembre par Sophie Olivier

Bonsoir Jacques,
C’est étrange comme on peut s’adapter à ce que l’existence nous présente. Je me suis rendue ce soir chez ma sœur pour le réveillon de Noël. Refuser cette convention non dite mais implacable m’aurait mise dans une situation intenable. Elle veut tellement bien faire. Mentir pour éviter de participer au culte joué de la famille unie m’était encore plus compliqué que mentir sur les pensées qui m’occupent. C’est en revenant chez moi que j’ai ressenti combien avait été épuisant ce théâtre convenu. Dans ma couverture je me suis tapie et je suis restée devant « Arte », à regarder « Les trésors oubliés de la Méditerranée ». Il m’a fallu ces deux heures de vague distraction pour couturer cette dichotomie entre ce que j’avais dû montrer et ce qu’il en est. Seule devant mon clavier, maintenant, je trouve enfin un espace pour parler.
Hier, j’ai fait ce que je devais. Comme je l’avais pressenti, M. n’a pas compris immédiatement qui j’étais. J’ai dû expliquer. Quand il a entendu la raison de mon appel, il a d’abord refusé toute rencontre. Mais comme je te l’ai dit, repousser une proposition de pardon c’est être soi-même insensible et dur. Je ne connais que peu de personnes capables de soutenir cette image d’eux-mêmes. J’ai patiemment attendu qu’il avance de lui-même vers un assentiment, même si celui-ci a été arraché. Mais cela en valait la peine. Il a rendu plus concrètes mes idées en me proposant de nous voir chez lui le 30 décembre. Pour me recevoir, je sais qu’il sera seul. Il ne voudra pas de témoin. Je sais maintenant que je peux créer les conditions de confiance. Le GHB est prêt. Je l’ai soigneusement dosé pour être certaine de son efficacité létale. J’aurai aussi préparé la couverture chauffante dans laquelle je m’endors désormais tous les soirs. Pour moi et pour tous, le 30
Page 1 sur 2
r