Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le site d’écriture romand

Les plus lues

Asphyxie d'une paramécie

— Anita ne viendra plus, cela simplifie votre vie, n’est-ce pas? Leveque battit en retraite en ...

Genève, échappée cycliste

Voyage quotidien, prendre son vélo, souffler, se motiver, pédaler, s'interroger, souffler, avoir f...

Crime double en Gruyère

Teaser du roman Crime double en Gruyère...

Histoires récentes

Au coin de l'ordinaire chapitre 6

Suite de mon feuilleton de l'été...

Huguette et le fauteuil érotique

Ecoutez bien, à défaut de voir, l’histoire authentique qui me fut contée par une dame d’un ce...

La dernière traversée

Mythologie, mysticisme ... ou amour, tout simplement ?

Actualités Webstory

Règlement du concours 2019. Thème: TRESORS

- Délai: 30 septembre 2019, minuit.
- S’inspirer d’un des objets de la collection permanente...

Prochains RDV Webstory

Mardi 21 MAI 2019: rendez-vous à Genève
entre 17 - 19h au Café Slatkine!
Rue des Chaudronni...

Atelier d’écriture du 15 juin 2019, journée

COMPLET! Samedi 15 juin 2019 de 09h30 - 17h30 Atelier d’écriture à la Fondation Engelberts!
R...

Histoire du jour

l

Sophie - Lettre du 25 décembre par Jacques Defondval

Bonsoir Jacques,
C’est étrange comme on peut s’adapter à ce que l’existence nous présente. Je me suis rendue ce soir chez ma sœur pour le réveillon de Noël. Refuser cette convention non dite mais implacable m’aurait mise dans une situation intenable. Elle veut tellement bien faire. Mentir pour éviter de participer au culte joué de la famille unie m’était encore plus compliqué que mentir sur les pensées qui m’occupent. C’est en arrivant chez moi que j’ai ressenti combien avait été épuisant ce théâtre convenu. Dans ma couverture je me suis tapie et je suis restée devant « Arte », à regarder « Les trésors oubliés de la Méditerranée ». Il m’a fallu ces deux heures de vague distraction pour couturer cette dichotomie entre ce que j’avais dû montrer et de ce qu’il en est. Seule devant mon clavier, maintenant, je trouve enfin un espace pour parler.
Hier, j’ai fait ce que je devais. Comme je l’avais pressenti, M. n’a pas compris immédiatement qui j’étais. J’ai dû expliquer. Quand il a entendu la raison de mon appel, il a d’abord refusé toute rencontre. Mais comme je te l’ai dit, repousser une proposition de pardon c’est être soi-même insensible et dur. Je ne connais que peu de personnes capables de soutenir cette image d’eux-mêmes. J’ai patiemment attendu qu’il avance de lui-même vers un assentiment, même si celui-ci a été arraché. Mais cela en valait la peine. Il a rendu plus concrètes mes idées en me proposant de nous voir chez lui le 30 décembre. Pour me recevoir, je sais qu’il sera seul. Il ne voudra pas de témoin. Je sais maintenant que je peux créer les conditions de confiance. Le GHB est prêt. Je l’ai soigneusement dosé pour être certaine de son efficacité létale. J’aurai aussi préparé la couverture chauffante dans laquelle je m’endors désormais tous les soirs. Pour moi et pour tous, le 30 de ce mois, l’erreur aura été gommée.
Page 1 sur 2
r