Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

Les points de sutures 1

Se tenir au bord de l’après-midi et regarder au loin. Jusqu’au soir. Se demander si on l’atte...

Comme un bruit blanc

L’Eivouè dè Pertuis l'a envoûté. Il ne repartira plus.

Objets perdus-suite

Il y a des moments où tout se conjuguent contre vous. Surtout les objets. Et que faut-il comprendre...

Histoires récentes

Le rêve de Violetta Chap 36 La bible d'Adèle Beausillon

« Les lacets de la mort m’enserraient, les filets de la géhenne m’avaient saisi, la détresse ...

Le “Touché-coulé”

Quand je touche quelque chose, ça se passe toujours mal. Pas facile de mener sa barque, quand on n&...

Ste-Catherine n'est pas xénophobe

Cette foire trouve ses origines au temps où le mode d'échange était le troc. Les articles, les ve...

Actualités Webstory

PORTRAITS DE WEBWRITERS

Tout au long de l’année, nous vous présentons des webwriters passionnés de l’écrit, ...

Atelier d’écriture AZE

A partir de consignes dictées par l’animateur/trice, les participants élaborent de courts textes...

28.04.2017 CONCOURS D’ECRITURE 2017: Jury

La famille ou les proches des membres du jury ne peuvent pas participer au concours. Les lauréats ...

Histoire du jour

l

Le rêve de Violetta Chap 22 Le voyage d’hiver par Anne-Marie Gabella

Des pas retentissent dans les rues sombres et peu fréquentées de la ville à cette heure tardive. Un homme marche. Son allure est rapide et décidée, il semble déterminé à parvenir à destination dans les plus brefs délais, ses talons résonnent clairement dans la nuit. Les nuages qui cachent la lune l’isolent dans une obscurité oppressante. Il s’enfonce dans la vieille ville, passe devant les tours de la cathédrale, arrive sur la place du Château et redescend vers la gare. L’air frais le porte et le conduit toujours plus loin, sans but précis, contrairement aux apparences. Il ne sait plus s’il rêve ou si l’apparition qui le torture si cruellement depuis quelques heures est réelle. La douleur est si profonde qu’il voudrait crier, appeler celle qui est venue le provoquer, hurler son nom pour sortir de cet état de folie mais il est incapable d’émettre un son.
La souffrance amoureuse qui avait failli le mener à la folie est devenue depuis longtemps sa compagne. Il s’est habitué à sa présence. Ce Voyage d’Hiver composé par Schubert une année avant sa mort retrace la marche lourde et fatiguée du voyageur errant dans la nuit glacée, las à s’effondrer après la trahison de sa bien-aimée et torturé par les souvenirs à jamais évanouis.
En faisant sienne la douleur de l’amant trahi, il s’est longuement débattu jusqu’à ce que les images du passé se transforment en symboles religieux auxquels il voue une adoration exclusive. Il les garde au plus profond de lui-même sans jamais les évoquer. C’est en elles qu’il trouve l’énergie créatrice qui fait de lui cet artiste doué. La vie qu’il mène le satisfait car il voyage beaucoup , a des amis dans le monde entier et malgré sa solitude extrême, il est accueilli, applaudi, invité, promené et flatté dans de nombreux pays.
Page 1 sur 7
r