Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le site d’écriture romand

Les plus lues

L’aventure tropicale

Harry, un  digne héritier!

La malédiction de la statue balinaise

Tous les malheurs qui le frappaient depuis quelque temps étaient certainement imputables à la stat...

1. Le rêve de Violetta: Le lion est mort ce soir

L’étude des rêves est à l’origine de la médecine

Histoires récentes

Alerte catastrophe

Le danger ne se situe pas toujours où on l'attend le plus

Nuage

Une histoire pour bien s’endormir…

Poules de luxe

Adélaïde, Bérénice, Cunégonde, Démeter, Piaf et Johnny... cinq poules adoptée par Jill. Des p...

Actualités Webstory

Ateliers d’écriture dès février 2019

9 février / 9 mars / 13 avril / 11 mai / 15 juin de 10h - 17h30 à Genève, 650.- les 5 journées

10.12.2018: Témoignage de Hervé Mosquit - 1e Prix du concours 2018

Tricoptus, ce sont des tricoptères. Adalbert est un monsieur qui a un accident sur l’autoroute. D...

Atelier d’écriture Sabine Dormond

QUAND: 13 et 14 octobre 2018.
OU: rue de l’Ancien-Stand 19, à Montreux, dans une maison du 19...

Histoire du jour

l

Second Life par Jacques Defondval

Le soleil perçait difficilement les nuages et éclairait le séjour d’une lumière blanche qui ne chauffait pas. Olivier sirotait son café matinal en écoutant la radio et en observant la Place des Jacobins. Il était six heures trente et Lyon s’éveillait sous une météo exécrable qui durait depuis plusieurs jours et qui maintenait une température fraîche et humide malgré un mois de juin déjà bien entamé.
Hier soir, Yanis était venu le chercher comme toutes les semaines. Depuis six mois, comme un chrétien pratiquant qui regagne son église chaque dimanche, Olivier se rendait au club des Goudronneux. Le jeudi soir à vingt heures, Yannis venait le prendre avec sa voiture et ils passaient la soirée, toujours arrosée dans la grande salle du club avec les habitués.
Mais hier soir, les choses ne s’étaient pas bien passées. Théo, qui était déjà bien poivré en arrivant, avait continué à boire en parlant fort et en riant gras. Tout y avait passé, les femmes, les Belges, les négros et encore les femmes.
Olivier sentait l’agacement qui gonflait insensiblement en lui. Le lieu, l’ambiance, le fait que les auditeurs riaient, bon enfant, à ce ramassis d’humour épais, tout lui était déplaisant. À un moment, n’y tenant plus, il apostropha Théo :
— Hé, Théo, tu nous fatigues avec tes salades.
— Ooooh, mais c’est pas fini, poursuivit Théo gouailleur, j’en ai encore, tiens, celle-ci, vous ne la connaissez pas.



Page 1 sur 47
r