Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

TOUS LES BRUITS DU MONDE

Quand les bruits, les mouvements et les mots se correspondent...

La vengeance

Quelque part, dans un lieu sordide et secret, se trouve prisonnier un être spécial, unique... qui ...

A fleur de maux

Il y a les jours "avec" mais surtout les jours "sans"...

Histoires récentes

Au bout du fil

Dans la pénombre du salon, les pieds croisés sur sa table basse, il déguste un bon verre de vin. ...

Après avant

Le temps passse, parfois doucement, parfois brutalement. Le temps passe?  Plutôt, les événement...

Bonne année

Bonne année

Actualités Webstory

Prochain Café Slatkine et rdv Lausanne!

GENEVE: Lundi 28.01.2019 : Notre première rencontre aura lieu le lundi 28 janvier au Café Slatkine...

10.12.2018: Témoignage de Hervé Mosquit - 1e Prix du concours 2018

Tricoptus, ce sont des tricoptères. Adalbert est un monsieur qui a un accident sur l’autoroute. D...

Atelier d’écriture Sabine Dormond

QUAND: 13 et 14 octobre 2018.
OU: rue de l’Ancien-Stand 19, à Montreux, dans une maison du 19...

Histoire du jour

l

Je t'aime, moi non plus par Stéphanie de Roguin

Maman a encore du retard. C’est ainsi à chaque Noël. Elle nous trouvera naturellement une excuse, du style il y avait une voiture garée devant la mienne, ou encore, je ne trouvais plus mes clés avant de quitter l’appartement. Les embouteillages un dimanche de décembre enneigé, ça ne passera pas. Elle aura inventé autre chose, je ne me fais aucun souci.

En attendant, les moutards s’impatientent. Ils aimeraient plonger leurs petites mains dans les bols de cacahuètes, faire des miettes avec les flûtes au beurre, se défier à qui videra le plus rapidement son verre de sirop. Mais on ne peut pas. « Il faut absolument attendre que nous soyons au complet », leur indique Grand-père, comme s’il s’agissait d’une tradition, voire un héritage du passé. Le poids des aïeux pèse déjà suffisamment sur les petits vivants que nous sommes, croyez-moi, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Je prends une mèche de cheveux entre le pouce et l’index, la lisse, puis l’enroule autour de mes doigts, hésite à la coincer dans ma bouche pour pouvoir ensuite la mâchouiller. Non, ça ne se fait pas. « Tu te tiens comme tu veux avec tes copines, mais en famille, tu fais un effort ! », dirait ma mère, qui se fait décidément désirer. Exactement comme quand j’avais quinze ans. Les mêmes mots, le même ton, la même expression d’une certaine répugnance. Pour moi, c’est un signe d’impatience : à peine arrivée que je m’ennuie déjà. Les réunions de famille, quelles qu’elles soient, ne m’ont jamais ravie.
Page 1 sur 12
r